Entre rigueur et liberté

Par Alberto 02 Juin 2017

Chefs

Portrait Paco Torreblanca« Ma conception de l’esthétique, comme du goût, penche vers la simplicité, vers le naturel. Trop d’éléments sur le gâteau, trop de couleurs ou de formes, comme dans le cas de la saveur, détournent l’attention du spectateur ou du goûteur. Ces déclarations rayonnent d’actualité. Ils pourraient bien être considérés comme une critique de l’excès chromatique et ornemental qui inonde une bonne partie des vitrines du monde.

Ce sont pourtant des mots écrits en 2003, il y a exactement 14 ans, et qui correspondent à la première édition du livre intitulé simplement Paco Torreblanca, publié par le Grupo Vilbo et récompensé comme le meilleur livre de desserts au monde cette année-là. Nous lançons aujourd’hui la quatrième édition

en espagnol/anglais de cet ouvrage inimitable et il est curieux de constater que la pâtisserie que le maître d’Alicante a voulu inclure dans ce livre il y a près de trois lustres est encore absolument moderne aujourd’hui, tant dans sa forme que dans son contenu. Aussi moderne que ce qu’il a continué à créer depuis lors. C’est sans doute une vertu rare, réservée à quelques élus, que d’être toujours en avance, de donner le ton, de savoir voir et lire avant tout le monde ce qui va arriver.

À 66 ans, le maestro continue à faire ce qu’il trouve le plus satisfaisant, transmettre ce qu’il sait, ce qu’il fait depuis plus de 30 ans. Toujours avec rigueur, avec rectitude, avec discipline, avec tout le respect dû à la tradition, mais en même temps avec la liberté d’un créateur, d’un artiste capable de préparer, sans aller plus loin, une exposition grandiose de figures en sucre comme celle qui est actuellement exposée au Museo de Bellas Artes de Murcie et dont nous parlons dans ce numéro de Dulcypas. Comme il le dit lui-même, « toujours la tête dans les étoiles, mais les pieds sur terre ».

Deux fois docteur honoris causa, champion d’Espagne et d’Europe de pâtisserie, membre de Relais Desserts, et une liste interminable de récompenses en Espagne et à l’étranger. Tout cela nous parle d’un personnage gigantesque qui, loin de s’arrêter pour contempler ses réalisations, préfère continuer à écrire l’histoire de la pâtisserie au jour le jour.

Merci Paco.

Editorial de Dulcypas #450 [consultez le résumé ].

Partager avec nous

Editorial Dulcypas Dulcypas #450 Paco Torreblanca

Le DPAS recommande

Roberto Muñoz : « ce n’est pas une entreprise, c’est le projet de ma vie ».

La nouvelle Sweet Route de Huesca renforce les liens avec le tourisme

Le potentiel « brunch » des baos. Les pains emballés à la vapeur de Francisco Migoya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.