Le chocolat n’est pas à prendre à la légère

En tant que journaliste spécialisé dans l’alimentation, je reçois fréquemment toutes sortes de communiqués de presse et d’informations concernant des études « scientifiques » mettant en évidence les bienfaits de tel ou tel aliment. Généralement, les communiqués de presse sont signés ou approuvés par une entreprise, une association ou une fondation directement liée aux producteurs de l’aliment en question, un aspect qui n’a rien de fortuit. Et, franchement, je crois que l’intérêt et la confiance à leur égard devraient être relatifs.

La dernière étude de ce type a été portée à notre attention cette semaine. Un groupe de chercheurs de l’Université de Grenade a conclu que la croyance selon laquelle manger du chocolat fait grossir est fausse, après avoir analysé en détail les données sur la consommation de chocolat de l’étude HELENA menée auprès de 1 458 adolescents de toute l’Europe. Cette étude montre qu’une consommation plus importante de chocolat n’entraîne pas une plus grande accumulation de graisse totale ou abdominale. Cependant, il semble que d’autres éléments tels que l’âge, la maturité sexuelle, l’apport énergétique total ou l’activité physique des participants n’aient pas été pris en considération.

Alors, que montre exactement cette étude ? En réalité, ces chercheurs, qui méritent toute la crédibilité du monde, ont concentré leurs efforts et leur champ d’action sur le fait que l’apport calorique de chaque aliment est le principal facteur d’impact biologique. Très louable de leur part, comme il est également louable qu’après avoir assuré par des données statistiques que le chocolat ne fait pas grossir, ils recommandent une consommation modérée car « trop d’une bonne chose n’est plus bonne ». Bravo ! Je suis tout à fait d’accord, mais quel caractère scientifique pouvons-nous donner à toutes ces déclarations ?

À mon avis, le caractère scientifique de l’association de deux aspects tels que le chocolat et le taux de graisse uniquement d’un point de vue statistique est arbitraire et les conclusions scientifiques semblent pour le moins hâtives. Le chocolat est bon pour sa noblesse en tant qu’aliment et pour sa valeur gastronomique, mais si nous en faisons allègrement une sorte de manne, une « nouvelle médecine », nous l’emmenons sur un terrain où l’artisan chocolatier a plus à perdre qu’à gagner.

Il est très bien de relativiser l’image négative des aliments riches en calories comme le chocolat et de souligner ses avantages, par exemple sa forte teneur en flavonoïdes et la façon dont elle contribue à réduire le risque de troubles cardiométaboliques. Mais nous ne pouvons pas accepter toutes les affirmations inspirées par des études statistiques, car les statistiques ne constituent pas une base suffisante pour des conclusions catégoriques telles que « le chocolat ne fait pas grossir ». Peut-être devrions-nous demander à ces chercheurs de laisser le chocolat tranquille, de ne pas y toucher, qu’il en a assez comme ça, présidant à la gastronomie douce depuis son trône de gourmet, de peur qu’un jour il ne passe des chocolateries aux pharmacies, ou pire, que la demande mondiale croisse de façon si exponentielle que son prix explose et qu’il devienne un produit de luxe à la portée de quelques mains seulement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *