Le World Chocolate Masters prépare ses 21 finalistes

le groupe des 21 finalistes lors de leur étape à Berlin

S’inscrire à un concours de pâtisserie est une démarche simple. Cependant, vous devez être qualifié ou du moins avoir une grande confiance en vous et soumettre votre candidature. Dès lors, il ne vous reste plus qu’à vous préparer et à attendre que le jour vienne. Mais comment un candidat doit-il s’entraîner ? Qu’est-ce qui est prioritaire et qu’est-ce qui est accessoire avant et pendant la compétition ? Qui et comment seront mes adversaires ? Ai-je bien compris les règles ? Que prennent en compte les juges ?

Pour répondre à ces questions et à bien d’autres, Cacao Barry, organisateur des World Chocolate Masters, a eu l’heureuse idée de réunir à Berlin pendant 3 jours les 21 candidats qui s’affronteront lors de la grande finale de ce prestigieux concours à Paris le 31 octobre et les 1er et 2 novembre. Une réunion à laquelle nous avons eu le privilège d’assister en direct et dont vous pouvez apprécier une chronique complète dans Dulcypas #458.

Découvrez Dulcypas #458

« Le grand championnat du monde de chocolat

Finalistes du WCMLa finale à Paris opposera 21 pâtissiers de 21 pays différents dans ce qui sera une fois de plus le grand championnat du monde du chocolat.

Il y aura donc 21 façons d’appréhender le thème que les organisateurs ont mis sur la table, Futropolis, les villes du futur, ce que seront leur urbanisme, leur design, leur mobilité, leur énergie, leur alimentation… Et leur pâtisserie.

En bref, 21 rêves représentés par 21 chocolatiers, dont le représentant espagnol, Ivan Pascual de Lleida, à qui nous souhaitons bonne chance.

Et pour préparer les candidats au concours, rien de tel que d’inviter certains des lauréats des éditions précédentes de ce concours, comme le champion en titre, Vincent Vallée, ou le vainqueur de 2011, Frank Haasnoot

.

Entretien avec le représentant espagnol Ivan Pascual

lors de la réunion à Berlin.

Inspirer mais ne jamais copier

Haasnoot a prononcé un discours magistral plein de bons conseils sur la façon d’affronter le championnat et de ne pas mourir dans la tentative. En voici quelques-unes :

– J’essaie toujours d’utiliser l’inspiration pour la tordre. Inspirez-vous, mais ne copiez pas.

– Oubliez l’évidence. Vous devez vous démarquer. Ne copiez pas et collez le logo WCM. Qui dit que l’avenir est vert, blanc et bleu ? Pourquoi pas gris et noir ?

– Surprenez avec les éléments de base. L’une de mes philosophies lorsque je crée des gâteaux est que je préfère ne pas utiliser de moules sophistiqués…

M. Vallée, interrogé par Ramon Morató, a évoqué les énormes opportunités qui se présentent après avoir remporté le concours. Et il a conseillé aux aspirants de toujours rechercher la régularité dans toutes les épreuves, de chercher un équilibre entre l’esthétique et le goût et de faire tout cela en gardant à l’esprit que le jury qui doit juger le travail est un jury international avec des goûts et des cultures différents.

Design, fraîcheur et créativité

Les candidats ont également eu la chance de recevoir d’autres contenus plus transversaux mais extrêmement utiles pour leur tâche. Adam Johnston, responsable du bureau d’Édimbourg du studio de design d’Andreu Carulla, a montré une partie du travail réalisé pour le Celler de Can Roca. Le pâtissier du moment Yann Couvrieur a expliqué aux personnes présentes sa conception de la pâtisserie comme la fabrication de produits frais, inspirés par la nature et les saisons. Et pour stimuler la créativité, rien de tel qu’une session interactive avec le Studio BamBam Artist, au cours de laquelle les candidats devaient réaliser une sculpture à partir de n’importe quel élément traînant dans la rue.

Une rencontre atypique qui a servi pour le travail, pour l’apprentissage, pour l’échange, pour l’amitié, pour la réflexion, mais surtout pour affronter le World Chocolate Masters avec plus de connaissances et de confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.