Skip to content
Blesucre

L’empire des likes

Image à propos de likes

Les réseaux sociaux sont une vitrine imbattable pour toutes sortes de présentations prétendument créatives. Chacun a son propre espace pour se faire un nom et nous sommes tous des publicistes de notre propre travail. Aujourd’hui, il n’est plus nécessaire d’être un professionnel hors pair pour se démarquer, de manière redondante, sur Instagram, un monde virtuel où seul le nombre de likes compte, pas tellement qui se cache derrière chacun de ces likes. Pour certains, cette démocratie illimitée qui règne sur les réseaux est la grande révolution de notre époque, car elle offre à tous une opportunité qui n’était auparavant réservée qu’à une minorité.

Nous ne nierons pas maintenant les possibilités gigantesques que l’internet a apportées avec lui. Informations instantanées, communication sans fils ni barrières, interactivité, immédiateté et connaissances illimitées. C’est comme avoir le monde dans sa poche et être disponible 24 heures sur 24. Mais c’est aussi dans ces vertus que résident ses principaux défauts. Il est de plus en plus difficile de séparer le bon grain de l’ivraie, le substantiel de l’insignifiant, l’essentiel de l’accessoire. Le bruit permet à peine d’entendre la musique.

De plus, Internet encourage l’audace, pour faire ressortir l’artiste en chacun, qu’il soit professionnel ou amateur. Et on commence à voir des interprétations, des recréations ou des reproductions « à ma façon » de classiques de la pâtisserie. Des versions qui, dans la plupart des cas, n’apportent rien d’intéressant et, au contraire, finissent par générer une confusion par rapport à l’original. Sans parler du manque de respect.

Ce n’est pas un hasard si le pays où cet exhibitionnisme pseudo-créatif est le moins pratiqué est celui qui montre le plus de respect pour le métier, pour ses maîtres, pour ses écoles, pour la qualité de ses produits. La pâtisserie en France est un patrimoine, et à ce titre, elle doit être respectée et protégée. C’est dans ce contexte que s’inscrit l’Association Relais Desserts, dont nous avons eu le privilège d’assister au dernier séminaire. Ils sont les gardiens de la haute pâtisserie et les transmetteurs de ses valeurs.

L’équipe de Dulcypas tient à reconnaître le travail réalisé par l’association susmentionnée et d’autres organisations en faveur de la rigueur et de la préservation de la pâtisserie fine. C’est une tâche difficile à l’ère du numérique, où les « likes » sont la norme au milieu d’une quantité énorme de bruit.